Lecture et langage

Le langage, cet instrument déterminant qui structure tous les aspects de la vie, plonge littéralement l’être humain dans l’univers linguistique dès sa naissance. Dans l’épanouissement de la personnalité de l’enfant, son intégration sociale, et surtout sa réussite en milieu scolaire, l’acquisition du langage, d’abord matérialisé par le son, est une étape considérable et sa maîtrise est fondamentale. C’est par cette faculté que l’enfant découvre le monde qui l’entoure, lui permettant d’interagir et de socialiser. Ensuite, par la représentation visuelle de la langue parlée, soit l’écrit, l’enfant apprend à lire et à écrire.

L’éveil à la lecture chez l’enfant dès en bas âge pour l’épanouissement de sa dimension langagière est fondamentale et indéniable, car au fond, la lecture, c’est également du langage. La langue parlée est une représentation auditive du langage, et la lecture est une représentation visuelle du langage oral. C’est donc dire que la lecture fait appel tant au mode sensoriel visuel qu’auditif, permettant ainsi de stimuler tous les aspects du langage simultanément. Le langage oral utilisé au quotidien est très différent du langage écrit, qui se veut plus diversifié en vocabulaire et aussi plus structuré. L’enfant y repère donc des mots, des modèles de phrases, pour ensuite les utiliser lorsqu’il s’exprime. Cela enrichit non seulement son langage, mais nourrit également son imaginaire et son intellect. D’une façon toute naturelle, les livres stimulent la prononciation des mots, permettent d’enrichir le vocabulaire, consolident les acquis linguistiques, génèrent des interactions verbales, développent l’observation, la concentration, l’écoute active, la mémoire et la compréhension de l’enfant. Le langage et la lecture sont à la fois deux domaines distincts et étroitement liés. La lecture met en jeu le langage sous une forme écrite, et cette formule écrite sensibilise l’enfant aux sons que forment les lettres, les syllabes, les mots. Ces deux composantes du langage constituent l’essentiel de notre moyen de communication.

Un enfant qui développe son habileté langagière aura assurément plus de facilité lors de son initiation à la lecture, suivie de son apprentissage de l’écriture en milieu scolaire. La maîtrise du langage oral est prioritaire dans l’épanouissement de l’enfant, et cette maîtrise a une influence importante sur son apprentissage de la lecture. Dès ses premières leçons de lecture, l’enfant fait appel à la parole, car la lecture, pour lui, se fait à haute voix. En lisant ainsi, l’enfant dit et prononce les mots qui défilent. Il découvre les mots, et voit comment ils s’écrivent. Apprendre à lire, c’est donc aussi apprendre à parler, puis à écrire correctement. Lorsque cet éveil à la lecture se développe en milieu familial, l’apprentissage se fait dans le plaisir, et non l’obligation. La vie au quotidien est remplie d’occasions pour stimuler le goût de savoir et d’apprendre de l’enfant, qui est déjà d’un naturel curieux. L’implication de la figure parentale est capitale et son influence est inestimable. C’est bien connu, l’enfant procède par imitation. Et c’est ainsi qu’il apprend le plus. Le milieu familial est son premier exemple, son modèle de référence. Pas le seul, certes, mais le premier et le plus important. L’enfant se fie à ce qu’il observe, ce qu’il voit, ce qu’il entend, ce qu’il perçoit, bref, ce qu’il vit dans son quotidien. Les parents représentent le médiateur idéal pour transmettre avec succès le goût de la lecture. Il convient donc de faire de la lecture un geste des plus naturels, car la vision et l’attitude que la figure parentale entretiendra à l’égard de cette activité influenceront considérablement la perception que développera à son tour l’enfant.

Stimuler la curiosité à l’égard des livres chez un enfant, communiquer le goût d’apprendre à lire et soutenir l’envie de lire ne sont certes pas une mince affaire. Si dans le milieu familial la lecture est perçue de façon positive et que les membres sont déjà des lecteurs actifs, éveiller le désir d’en faire tout autant s’effectue tout en douceur et bien naturellement. Dans de telles conditions, l’enfant ne pourra rester insensible à ce plaisir partagé. Cependant, si la figure parentale ne possède pas cet attrait naturel pour la lecture, ou si cela évoque des souvenirs désagréables de contraintes, ou encore d’obligation vécue plus jeune, il suffit de penser aux diverses fonctions enrichissantes reliées à la lecture. Le langage structure tous les aspects de la vie quotidienne. La lecture est omniprésente. Les mots sont les éléments constitutifs de la communication orale ou écrite. Même les chiffres peuvent s’écrire en mots! Une constatation qui étonnera à coup sûr le jeune apprenti lecteur. Conséquemment, cette compréhension stimulera le désir d’accéder à ce savoir. Il suffit de démontrer l’importance de la lecture à travers des usages réels ayant du sens pour l’enfant. Voici autant de motifs que l’on peut évoquer :

  • Lire pour se détendre
  • Lire pour s’évader de l’ennui
  • Lire pour rigoler (BD, blagues)
  • Lire pour s’informer (journaux et magazines)
  • Lire pour cuisiner (recettes)
  • Lire des cartes dans un jeu de société
  • Lire pour échanger, discuter
  • Lire pour découvrir
  • Lire des cartes de vœux
  • Lire pour développer son vocabulaire
  • Lire pour stimuler l’expression orale, la fluidité du langage
  • Lire pour apprendre à écrire, améliorer son orthographe
  • Lire pour apprendre, enrichir ses connaissances
  • Lire pour stimuler les facultés cognitives
  • Lire pour développer la mémoire
  • Lire pour stimuler la créativité
  • Lire pour développer l’esprit critique
  • Lire pour apprendre à réfléchir, décoder, comprendre
  • Lire pour cerner ses préférences, ses goûts
  • Lire pour se documenter avant un voyage
  • Lire pour comprendre des directives
  • Lire pour remplir un formulaire d’inscription à une activité
  • Lire des affiches dans une exposition, un musée, ou autre
  • Lire un menu dans un restaurant
  • Lire des étiquettes sur les produits que l’on retrouve à la maison
  • Lire des instructions pour comprendre un jeu
  • Lire un mode d’emploi pour assembler un truc quelconque

Bref, la lecture est à la fois source d’apprentissage, de savoir dans tous les domaines, d’information, de réflexion, de détente, de distraction et d’éveil.

Mais ce qui importe plus que tout, c’est d’entretenir cet attrait une fois que l’apprenti lecteur aura acquis ses premières compétences en matière de lecture. Il faut donc parvenir à transmettre à l’enfant la relation affective que le parent (ou tout autre membre de la famille) à lui-même développé au fil du temps. Ce partage fera toute la différence et aura une influence énorme sur la manière dont l’enfant percevra les livres et la lecture. Une perception valorisante transmise par la figure parentale aura un impact majeur dans les divers apprentissages de l’enfant.

Savoir lire est utile dans toutes les sphères de la vie, elle est la clé de la réussite en milieu scolaire de l’enfant. Ce dernier apprend à lire, pour ensuite lire pour apprendre. Mais le point de départ est nul autre que l’évolution du langage, l’une des étapes les plus fondamentales dans l’épanouissement de l’enfant. Lire est une excellente occasion de stimuler le langage de l’enfant. Vous lui donnez ainsi un bon modèle verbal. Savoir s’exprimer en toute confiance, voilà un allié pour son plein épanouissement, son autonomie et ses habiletés de socialisation. Un allié pour la vie!

Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends.

Benjamin Franklin